L’épiderme est le lieu de reproduction des cellules, de leur renouvellement, puis de leur élimination par la couche cornée. Il est composé de 5 couches superposées de cellules, s’échelonnant ainsi depuis la limite du derme :

  1. la couche germinative
  2. la couche de Malpighi
  3. la couche granuleuse
  4. la couche claire
  5. la couche cornée

Lorsque le cuir chevelu est sain, le renouvellement des cellules de son épiderme se fait en 21 jours. La glande sébacée sécrète du sébum qui, avec la sueur, forme le film hydrolipidique de surface. Dans ce film hydrolipidique vit naturellement un ensemble de micro-organismes. Ce sont des bactéries ou des levures comme le Pityrosporum ovale. Leur présence permet de protéger la surface du cuir chevelu.

Mais l’équilibre entre la concentration de ces différents organismes peut être perturbé si l’un d’eux prolifère et se trouve à une concentration trop importante. Il peut alors devenir contaminant. C’est le cas du Pityrosporum ovale : dans le cas de pellicules, il est présent à 75% au lieu d’un maximum de 50 % sur un cuir chevelu sain.

Qu’est-ce qui favorise les pellicules ? 

  • La prolifération du Pityrosporum ovale est responsable de l’irritation du cuir chevelu et favorise l’emballement du renouvellement des cellules de l’épiderme.
  • La séborrhée favorise également la multiplication du Pityrosporum ovale car c’est un agent lipophile qui vit et croît dans le sébum.
  • Le stress, le surmenage, une mauvaise alimentation favorisent le déséquilibre du cuir chevelu et notamment l’accélération du renouvellement cellulaire
  • L’utilisation de produits capillaires inadaptés, trop doux ou trop agressifs, mais aussi la pollution, favorisent également le déséquilibre du cuir chevelu.

Qu’est-ce qu’une pellicule ?

Une pellicule est une desquamation excessive et visible du cuir chevelu due à un renouvellement trop rapide des cellules épidermiques (7 à 10 jours au lieu de 21). Normalement, la desquamation (qui permet l’élimination des cellules mortes du cuir chevelu au fur et à mesure de la formation de nouvelles cellules) est constante, fine et invisible.

Sur un cuir chevelu à pellicules, la desquamation est anormale : elle est accélérée et alors excessive. Les cellules se détachent en amas et deviennent visibles. Ce sont les pellicules.

Deux types de pellicules

Les pellicules grasses :

Lorsque le cuir chevelu est gras, le sébum est présent en quantité importante à la surface du cuir chevelu et les pellicules amalgamées dans le sébum sont adhérentes au cuir chevelu. On constate également une inflammation du cuir chevelu et des démangeaisons dans le cas de pellicules grasses. Cette irritation est liée à la présence du Pityrosporum ovale et du sébum.

Les pellicules sèches :

Lorsque le cuir chevelu est sec, les pellicules ne sont pas amalgamées au sébum et forment alors des squames de petite taille se détachant facilement de l’épiderme, qui, à l’examen, ne paraissent pas inflammatoires. Si le Pityrosporum ovale est présent, comme pour les pellicules grasses, le sébum reste, lui, en faible quantité sur la surface du cuir chevelu et le problème d’irritation est moins fréquent. Par ailleurs, on a constaté que les récidives sont plus fréquentes dans le cas des pellicules sèches.

Les trois composants d’un bon traitement :

  • Un ou plusieurs agents assainissants permettront de limiter le développement du Pityrosporum ovale
  • Un ou plusieurs agents kératolytiques ou purifiants vont permettre la suppression des squames et normaliser la prolifération des cellules épidermiques
  • Un ou plusieurs agents apaisants calmeront l’irritation du cuir chevelu.

Produit conseillé :

Melaleuca, la gamme antipelliculaire de René Furterer, un traitement complet qui élimine les pellicules, purifie le cuir chevelu et calme les démangeaisons.

Articles similaires:

Laisser un commentaire

Post Navigation